MA DOCTRINE DE VIE FACE AU CANCER, LA BIPOLARITE ET AUX MALADIES

Je choisis de m’ouvrir à vous par ce témoignage écrit à la demande de Séverine et pour me surpasser par la même occasion. J’ai effectivement très peu l’habitude d’exposer, dévoiler aux autres et encore moins d’écrire. Ce retour d’expérience n’a pas pour but de vous exposer avec des termes alambiqués incompréhensibles à moins d’avoir étudié la médecine avec option « latin renforcé », mais plus pour vous expliquer ma philosophie de vie et mon approche au quotidien des maladies.


Qui suis-je :


Je me présente je m’appelle Henri 🤣… euh désolé Julien, j’ai 37 ans bientôt 38 d’ici une quinzaine de jours et je vis dans le sud de la France juste à coté de Montpellier, départ

Je suis marié à un homme, Nicolas, un être extraordinaire que je résume souvent comme quelqu’un qui est capable de rendre l’impossible, possible. Je profite, encore, pour le remercier pour tout ce qu’il fait pour moi et la force dont il fait preuve jour après jour dans la

maladie à mes côtés. Nous n’avons pas d’enfant mais un petit chien 😉.

Nous nous sommes rencontrés en 2015 et marié en mars 2019.

Je suis de formation ingénieur patrimoniale et courtier en assurance et financement.

J’étais chef d’entreprise de mon propre cabinet crée en 2010 mais que j’ai du fermé dès suite de tous mes aléas médicaux. Je suis, depuis, reconnu par la sécurité sociale invalide de catégorie 2.


Mon CV médical catégorie pathologie :


Je vais vous énumérer mes pathologies maintenant, vous êtes prêts ?

Je ne rentrerai pas dans le détail pour mes cancers par choix ne le souhaitant pas et cela ne change en rien le but de mon témoignage et en plus on n’y comprend rien :D


- Diagnostiqué début 2018 Bipolaire de type 2 à tendance manie avec présence de psychose. Cela se manifeste par des crises d’euphorie importantes, d’accélération des idées, de la parole, des gestes et l’impossibilité de dormir pendant celle-ci. Présence de psychose car le manque de sommeil peut amener à avoir des hallucinations et une perte de la notion du temps.


- Diagnostiqué fin 2019 un cancer du poumon CBNPC (cancer bronchique non à petite cellule). Faut préciser quand même le COVID commence à faire parler de lui et ne tardera pas à arriver en France quelques temps plus tard. C’est le moment pour développer une maladie pulmonaire n’est-ce pas ?

- Diagnostiqué mi 2020 un cancer lymphatique


- Diagnostiqué fin 2020 une maladie de Bouveret (trouble cardiaque se manifestant par des accélérations brutales et le retour à la normal tout aussi brutal du rythme cardiaque)


Sympa le CV n’est-ce pas ?

L’ambiance est posée direct vous ne trouvez pas ?


Un nouveau rythme de vie


Entre les hospitalisations dans les différents services (psychiatrie, oncologie, cardiologie… etc. Je ne vais pas tous les lister, je n’en finirais pas…), les traitements de chimiothérapie, radiothérapie, les interventions ambulatoires, les examens… Je me retrouve avec un agenda pire que celui du président. L’avantage c’est que confinement ou pas j’ai toujours une autorisation de sortie pour prendre l’air. C’est vrai, il y a mieux comme sortie mais prenons le positif dans ce rythme infernal.


Entrer dans tous ces protocoles ne fait pas que chambouler mon agenda, cela amène son lot de jolis effets secondaires et pas des moindres. Nausées, vomissements, douleurs articulaires et musculaires, fatigue, perte de poids, modification du goût et odorat, changement physique… et j’en passe.


Ma nouvelle doctrine, philosophie de vie

A 37 ans, je pourrais m’accabler, pleurer, juger injuste la vie de me confronter à une estimation des médecins sur une durée de vie restante. Crier ma colère, m’isoler et perdre tout espoir de contrer les meilleurs pronostiques concernant le fait de « tirer ma révérence » d’ici à la fin de l’année 2021.


Mais c’est mal me connaitre, je ne laisserai pas, autant que possible, la maladie prendre le contrôle des émotions des personnes qui m’entourent depuis tout ce temps. J’ai donc choisi de le vivre en souriant et rire, continuer à faire ce que j’ai toujours aimé : amuser et faire rire ma famille, mes proches, mon entourage.


La dérision, l’humour, l’amusement que je m’efforce de mettre en œuvre apportant sourire et rire à mes accompagnants me donne force et courage pour continuer cette bataille, cette guerre, lutte…


C’est pour cela que j’ai créé depuis peu, ma page Instagram @mescancers_mabipolarite_ma vie et l’utilisation d’un « # » résumant ma philosophie de vie au quotidien #malgretoutjesouris

Afin de partager avec tous ceux qui le souhaitent mon approche personnelle au quotidien.


Echanger par le biais de publications humoristiques pour désacraliser la maladie qu’est le cancer et voir en retour les rires et sourires des personnes me permettent d’alimenter mes batteries pour faire face aux obstacles, effets indésirables et douleurs sans rien lâcher et éloigner le plus possible cette révérence à la vie que je ne veux en aucun cas faire.

Je suis et resterais le capitaine de mon navire, c’est non négociable cela.


Voici ma doctrine et mon choix de vivre pour faire face aux évènements néanmoins difficiles qu’apporte quotidiennement le cancer et la bipolarité.


Julien qui malgré tout je souris.





Blog Kollaboratif

273 vues0 commentaire