• Severine Martin

A chacun son chemin, à chacun son Everest...

Mis à jour : 23 août 2018


crédit photo Sébastien

Pour comprendre l’Everest, il faut l’avoir gravi. Pour comprendre la maladie, il faut l’avoir vécue. Le chemin vers la guérison, c’est un peu comme l’ascension de l’Everest : la route est longue, sinueuse, il y a des allés et retours, des moments de doute, d’épuisement, de « ras-le-bol »… Puis arrivée au sommet, tu es fière et heureuse, le petit mot que tu attendais tant est enfin prononcé : « rémission »... mais une autre étape se dessine, celle de la « redescente ». Alors que ton agenda a été ponctué pendant plusieurs mois par des rendez-vous médicaux, d’un coup, c’est le vide, plus de repères, tu te retrouves seule face à tes angoisses, à tes questions, à ton nouveau « moi ».

Depuis 2011, l’association « A chacun son Everest », accompagne les femmes en rémission d’un cancer du sein dans cette phase de transition pour les aider à retrouver une meilleure estime de soi.

Elle accompagne également depuis 1994 des enfants atteints de cancer pour les aider a affronter la phase délicate de l’après-cancer.

Derrière cette belle association, une femme de cœur formidable :

le docteur Christine JANIN.

De l’ascension de l’Everest, à celle des plus hauts sommets du monde, en passant par le pôle Nord, elle a vécu 1000 aventures extraordinaires, et c’est en toute simplicité, sincérité et générosité qu’elle t’accueille dans cette « maison du bonheur ».


La maison se situe à Chamonix, dans un cadre magnifique, au pied du Mont Blanc. Les séjours sont organisés plusieurs fois par an, ils accueillent une douzaine de femmes sur 6 jours.


Alors, là, je sais que je vais en décevoir certaines et j’en suis navrée, mais les séjours sont hélas, victimes de leur succès et la structure ne peut satisfaire toutes les nombreuses demandes.

Les séjours sont donc réservés aux personnes venant des services hospitaliers partenaires.

Si ton centre de soins n'en fait pas partie, j'ai noté quelques autres pistes à la fin de l'article. Pour venir, tu dois avoir terminé tes traitements depuis plus de 3 mois et avoir une orientation de ton oncologue. Ensuite, tu contactes l’association et tu te laisses guider:)

Bon, maintenant, t’aimerai peut-être savoir ce qui s’y passe dans cette belle maison. Alors, autant te le dire tout de suite, si t’as envie de passer une semaine « pépère » à la montagne, ce n'est pas la bonne adresse. Ici, on ne s’ennuie pas et le programme est bien chargé !




Tout d’abord, laisse-moi te présenter un membre incontournable de l’équipe d’accompagnement :

« la cellule psychologique » Oui, oui, c’est bien des mouchoirs et crois moi, ils ont été très utiles #émotions+++ garanties!

Je ne vais pas te raconter tout le programme, parce que ça fait justement parti du « package de la maison » de découvrir au jour le jour et de se laisser surprendre pour mieux apprécier chaque instant.


Ce que je peux te dire, c’est que le programme de la semaine, est un subtil équilibre de soins pour le corps et pour l’esprit…




Les activités physiques (rando, escalade…) permettent de se dépasser, de surpasser ses peurs.

Pour moi le jour de l’escalade, « la cellule psychologique » a été d’un grand secours :)

La peur paralyse, alors « agis toujours comme si, il était impossible d’échouer. » (W.Churchill)

crédit photo Sébastien






Des activités plus douces comme le yoga, la méditation…sont aussi là pour apprendre a découvrir son corps et à lâcher prise.





Des soins de supports, comme la photo permettent de s’accepter et de se réconcilier avec l’image de soi et même parfois de rire de soi.



Si, si, j'te jure, j'te montre même la photo qui m' valu le surnom de "playmobil":)

Oui, oui c'est bien moi! lol

Perso, l'humour et la dérision m'ont beaucoup aidés pendant la phase des traitements, alors pourquoi changer une recette qui marche:) #autodérision



Les rencontres, les rendez-vous de coaching, les groupes de paroles permettent d’échanger, de vider son sac, de se sentir moins seule, de s’entraider…





Pour ma part, je repars de cette semaine plus « légère » avec l’envie folle de poursuivre mes projets. En arrivant, je pensais être un peu paumée, là haut au sommet de Mon Everest, mais au fil des jours et des discussions, j’ai pris conscience que j’avais amorcé depuis longtemps ma redescente vers le camp de base.

Cette redescente , c’est celle de la résilience, elle n’est pas toujours simple, semée de doutes, d’incertitudes, de craintes…mais elle est belle, pure, sincère, et me donne l’envie de m’envoler encore plus haut. Après tout, la vie n’est pas linéaire, et heureusement parce qu’on s’emmerderait drôlement hein:) Elle est faite de sommets à gravir, puis à redescendre. Chaque sommet te bouleverse, te chamboule, mais il te rend aussi plus fort.

Je remercie du fond du cœur Christine et toute son équipe pour leur bienveillance, leur sourire, leur écoute… Tout était parfait : le cadre, les activités , la nourriture (mention spéciale à nos 2 supers cuisinières)


crédit photo Sébastien

Je remercie bien entendu : Caro, Audrey B, Catherine, Pascale, Nicole, Mag, Audrey P, Maga, Audrey R, Chloé et Véro, mes compagnes d’aventure.

Nous avons toutes gravi l’Everest de manière différente et amorcé sa descente chacune à son rythme , mais une fois de plus, je suis émue et ravie de voir autant de solidarité, d’empathie et de soutien entre nous : les frangines de combats.

Mais là aussi, l’histoire ne fait que commencer, car nous nous reverrons très bientôt mes « princesses Durga ».

Et n’oubliez jamais « Je suis belle, je suis unique et je m’aime »



crédit photo Sébastien

Petite info, si tu n’as  pas la chance de pouvoir profiter de ce séjour, tu peux jeter un coup d’œil par ici : Passage en vercors , a force d'envies, Maison de la vie.

525 vues

ILS NOUS SOUTIENNENT

Vous souhaitez soutenir nos actions

et participer à changer le regard sur le cancer

Retrouvez Dégom'crab sur :

  • LinkedIn Social Icône
  • Youtube
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram